Thursday March 25, 2021

Le nombre d’enfants souffrant de malnutrition admis dans des centres de nutrition soutenus par Islamic Relief au Yémen a presque doublé au cours des trois derniers mois, alors que la crise s’aggrave à mesure que les gouvernements internationaux coupent des fonds humanitaires vitaux. Les centres ont également connu une augmentation de 80 pour cent du nombre de femmes enceintes souffrant de malnutrition et de nouvelles mères qui cherchent de l’aide.

 

Après six ans de conflit, plus de la moitié de la population yéménite est confrontée à de graves pénuries alimentaires. Islamic Relief soutient 151 centres de santé et de nutrition à travers le pays et, en partenariat avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM) des Nations Unies, distribue des colis alimentaires à plus de deux millions de personnes. Toutefois, en raison des réductions de financement, le PAM a dû réduire de moitié la quantité et la fréquence de ces colis l’an dernier et la malnutrition a monté en flèche depuis.

 

Le Dr Asmahan Albadany, coordinateur du projet nutrition d’Islamic Relief à Hodeidah, déclare :

«La situation est devenue incontrôlable depuis que l’aide alimentaire a été réduite de moitié. Aujourd’hui, les centres sont débordés et les cas d’enfants et de mères souffrant de malnutrition se sont quadruplé, ce que nous avons vu à la même époque l’an dernier. Ça fait mal de voir à quel point les enfants sont minces, ce ne sont que de la peau et des os. Le mois dernier, 13 nourrissons sont morts ici à cause de complications dues à la malnutrition et le nombre augmente chaque mois. La plupart des nourrissons naissent avec des problèmes parce que leur mère est sous-alimentée. »

 

Le personnel d’Islamic Relief avertit que la situation est encore pire dans les zones rurales reculées. Un district sur cinq au Yémen n’a pas de médecins du tout et les pénuries de carburant signifient que de nombreuses familles ne peuvent pas voyager pour obtenir une assistance médicale. La pauvreté désespérée signifie que les parents doivent de plus en plus faire des choix douloureux quant aux enfants qui obtiennent de la nourriture ou des médicaments.

 

Dr Asmahan dit : « Nous envoyons des groupes de volontaires pour effectuer le dépistage dans les villages reculés et les cas là-bas sont choquants. Les enfants n’ont pas de muscles dans leur corps. Nous avons récemment eu un garçon de trois ans qui ne répondait pas au traitement. Nous lui avons donné un cours de médecine pendant deux mois, mais son état n’a cessé de se détériorer, alors j’ai envoyé une équipe à son domicile pour enquêter. La mère nous a dit qu’elle devait vendre le médicament pour acheter de la farine et nourrir ses autres enfants. Elle devait choisir entre sauver l’un ou sauver les autres. »

 

Malgré les besoins énormes, la conférence internationale de haut niveau sur les promesses de dons pour le Yémen a permis de lever moins de la moitié de l’argent nécessaire et plusieurs grands donateurs ont réduit leur financement.

 

Muhammad Zulqarnain Abbas, directeur de pays d’Islamic Relief au Yémen, a déclaré :

« Après six ans de conflit, le Yémen n’est pas oublié – il est ignoré. Il est honteux que le monde coupe l’aide quand les enfants mangent des feuilles parce qu’ils n’ont pas assez de nourriture. Les centres de santé et de nutrition que nous soutenons sont débordés et complètement inondés de gens. Les mères qui sont elles-mêmes faibles avec la faim portent leurs jeunes enfants sur des kilomètres pour arriver ici à la recherche d’aide. Les pères ont faim parce qu’ils donnent leur dernier morceau de nourriture à leurs enfants. Les gens font tout ce qu’ils peuvent pour survivre, mais le monde les abandonne en leur temps de plus grand besoin. »

 

« Les leaders du monde ne doivent pas attendre que la famine soit déclarée avant d’aider les personnes qui meurent de faim en ce moment. La malnutrition affecte le développement cognitif et physique des jeunes enfants pour le reste de leur vie, de sorte que la crise de la faim affectera le Yémen pour les générations à venir si des mesures ne sont pas prises maintenant. Les gens ont un besoin urgent d’aide et pour que toutes les parties s’entendent sur un cessez-le-feu durable. »

 

L’augmentation de la malnutrition a conduit à une augmentation d’autres problèmes de santé graves, mais les hôpitaux sont très à court de médicaments, de carburant et de médecins. De nombreux membres du personnel médical ne reçoivent plus de salaire et travaillent volontairement de 14 à 16 heures par jour.

 

Notes

L’ONU avertit que la malnutrition infantile est au plus haut niveau du conflit à ce jour, avec 2,3 millions d’enfants de moins de 5 ans à risque de malnutrition aiguë et 400 000 à risque de malnutrition sévère.

L’année dernière, le travail d’Islamic Relief au Yémen a soutenu 3,6 millions de personnes avec de la nourriture vitale, de l’eau, des soins de santé et des abris.

 

© Islamic Relief © 2023 | Tous droits réservés | organisation caritative enregistrée sous le numéro 328158