Pendant le mois de Ramadan, nous travaillons pour que les familles aient un mois sans faim.

Beaucoup d’entre nous savent que nous aurons une abondance de nourriture et de boisson pour rompre notre jeûne. Cependant, dans le monde entier, de nombreuses familles ont du mal à se nourrir à l’heure d’iftaar. Avec la hausse des prix des produits alimentaires et la pauvreté, de nombreuses familles ont peu de nourriture et s’inquiètent de la manière dont elles nourriront leur famille.

Nous travaillons avec les gens et les communautés pour faire en sorte que les familles aient suffisamment de nourriture durant ce mois béni. Dans plus de 30 pays, nous distribuons des colis alimentaires aux familles les plus méritantes.  Chaque colis contient des aliments de base tels que la farine, le riz et du lait, des dattes et les lentilles pour toute la durée du mois.  Cet acte de distribution libère les pères et mères du soucis de chercher de la nourriture et les permettent de se concentrer sur les devoirs spirituels du mois.

Pour les enfants vivant dans des zones de conflit telles que Gaza, nous fournissons des iftaars aux orphelins afin de leur offrir un lieu sûr et sécurisé, et de profiter du mois sacré.

En contribuant au projet de distribution de colis d’Iftaar, vous aiderez des familles et des communautés entières à avoir un Ramadan paisible.

Note : Le don d’Iftaar est une Sadaqa volontaire (Nafil) et non-obligatoire.  Par conséquent, elle ne peut être offerte de votre Zakaat qui est obligatoire (Fard)

Fidya

(L’aumône en cas de maladie)

En cas de maladie ou de vieillesse s’il est possible et sans trop de peine, on doit jeûner.  Et si on espère la guérison, on attend de se rétablir pour remplacer les jeûnes manqués.  Autrement, on doit s’acquitter de la Fidya pour chaque jour de jeûne manqué.

« …Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter (le jeûne) qu’avec grande difficulté, il y a une compensation : nourrir un pauvre.  Et si quelqu’un fait de son propre gré, c’est pour lui ; mais il est mieux pour vous de jeûner ; si vous le saviez ! » S 2 V 184

« Il est permis à la personne âgée, comme mesure d’allégement, de rompre le jeûne et de nourrir, pour chaque jour, un pauvre.»  Rapporté par al Hakim

Zakaat el Fitr :

Zakat « al-fitr » ou sadaqa « al-fitr » est la zakat dont la cause est liée à la rupture du jeune du Ramadan. Elle fut instaurée la deuxième année de l’Hégire, la même année au cours de laquelle le jeûne du mois de Ramadan fut instauré. Elle se distingue des autres zakats par le fait qu’elle soit prélevée en fonction des personnes et non pas des biens.

La zakat al-fitr a une double finalité.  Ibn ‘Abbâs nous l’explique en disant : « Le Messager de Dieu (PBSL) a prescrit la Zakat d’el-Fitr pour purifier le jeûneur de toute parole futile et de tout propos obscène. C’est également une nourriture pour les nécessiteux. Pour qui s’en acquitte avant la prière, ce sera une aumône agréée, et une simple aumône pour qui s’en acquitte après la prière » Rapporté par Abû Dâwûd.

Cette finalité est confirmée dans le hadîth : « Epargnez-leur la mendicité ce jour-là (le jour de l’Aïd) » Hadîth rapporté par Al-Bayhaqî et Ad-Dâraqutnî.

Si le premier objectif de la Zakaat el Fitr concerne le jeuneur et ses manquements durant le Ramadan, la deuxième finalité concerne la société et le fait d’y répandre l’amour et la joie particulièrement parmi les pauvres et les nécessiteux le jour de l’Eid el Fitr.

© Islamic Relief © 2020 | Tous droits réservés | organisation caritative enregistrée sous le numéro 328158