Dans les communautés touchées par les conflits, les personnes handicapées sont souvent persécutées, forcées de fuir leur foyer et privées de leurs droits fondamentaux – et ont généralement encore plus de mal que les autres d’obtenir un soutien. Pour les femmes, la situation est encore plus difficile.

Notre conseillère en matière de protection et d’inclusion, Sherin Al Shaikh Ahmed, met en évidence dans les nouvelles recherches menées par Islamic Relief sur la question et sur les moyens de s’assurer que l’action humanitaire inclut les personnes handicapées.

Islamic Relief a travaillé avec l’Alliance internationale des personnes handicapées (IDA) pour étudier les expériences des personnes handicapées vivant dans des camps de réfugiés au Soudan du Sud, ayant échappé au conflit au Tigré, en Éthiopie.

Le rapport montre « des preuves évidentes de l’exclusion persistante des personnes handicapées lors de toute intervention humanitaire, qui menace davantage la situation ces personnes et viole leurs droits fondamentaux ».

De nombreux réfugiés handicapés vivant dans le camp ont du mal à accéder à la nourriture, aux soins de santé et à l’éducation, ainsi qu’à l’eau potable et aux installations sanitaires. Il a également été constaté qu’ils étaient souvent exclus des processus décisionnels ou de la nomination des comités de direction et de gestion des camps.

Ceux qui avaient fui seuls avaient perdu le soutien de leurs protecteurs et étaient donc confrontés à des risques de protection et d’exploitation.

Les femmes et les enfants font face à d’autres risques

Le rapport met l’accent sur l’expérience des femmes et des enfants handicapés et sur les risques accrus auxquels ils sont confrontés. Les femmes et les filles ayant des déficiences intellectuelles et psychosociales se sont avérées plus vulnérables à la violence sexuelle, en raison d’un manque d’informations sur la violence machiste ou d’un manque de sensibilisation à la sécurité personnelle et aux mesures de protection.

Certaines zones du camp ont été signalées comme dangereuses pour les femmes et les filles handicapées en raison de l’abus d’alcool chez les hommes. *Fatima, une jeune femme handicapée physique, a déclaré qu’elle se sentait mal à l’aise de se déplacer dans le camp la nuit, car il est mal éclairé.

De plus, les femmes et les filles s’occupent souvent de personnes handicapées, et bon nombre d’entre elles ont constaté qu’elles étaient victimes de harcèlement et d’exploitation lorsqu’elles tentaient de trouver du soutien.

Un entretien avec les parents d’une femme handicapée dans le camp d’Um Rakuba a été particulièrement bouleversant. En l’absence de tout autre réseau de soutien, elles ont du mal à s’occuper de leur fille. C’est une lutte pour eux de collecter de la nourriture, d’aller chercher de l’eau et de contenter de l’inaccessibilité des services et les installations du camp.

Ils ont également parlé de profonds sentiments d’isolement et d’impuissance de ne pas pouvoir aider leur fille à participer aux activités du camp.

Une réponse humanitaire inclusive est essentielle

Islamic Relief est conscient de l’importance d’une programmation humanitaire inclusive et honore ses engagements en faveur de l’inclusion des personnes handicapées, afin de garantir que les personnes handicapées ont des droits et des chances égales d’accéder à l’aide humanitaire et de participer de manière égale.

Islamic Relief appelle les organisations humanitaires à placer les personnes handicapées au premier plan de leur action humanitaire. Cela devrait être fondé sur les normes et standards adoptés au niveau international, notamment la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et les Directives du Comité des Nations Unies sur l’inclusion des personnes handicapées dans l’action humanitaire.

© Islamic Relief © 2021 | Tous droits réservés | organisation caritative enregistrée sous le numéro 328158